En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus >>


Fermer

Nous avertissons les internautes de ne jamais donner suite à toute sollicitation faite sous le sceau de l’étude, notamment impliquant des prêts ou emprunts de somme d’argent qui constituent des escroqueries.

Cliquez-ici pour visualiser deux exemples de faux contrats de prêt qui comportent de nombreuses anomalies.


Fermer
francais

english


"Chaque science, chaque étude, a son jargon inintelligible, qui semble n'être inventé que pour en défendre les approches". Voltaire. 

Ainsi que nous y a incité Voltaire, nous avons mis en ligne un lexique juridique et fiscal afin de permettre à notre clientèle ou à nos contacts de bénéficier d'un outil permettant d'appréhender le vocabulaire juridique et fiscal. A cette fin, nous nous sommes efforcés d'éviter de donner trop de détails, source d'erreurs, en privilégiant l'information à caractère général. Toutefois, nous recommandons aux non professionnels du droit et de la fiscalité de s'entourer des services d'un professionnel pour l'utilisation de ces mots dans tout document à caractère officiel, compte tenu notamment de l'évolution quotidienne en matière législative et jurisprudentielle. Nous nous efforçons de mettre à jour le lexique régulièrement, sans pouvoir en garantir la fréquence et l'étendue.


TOUS / A / B / C / D / E / F / G / H / I / J / L / M / N / O / P / Q / R / S / T / U / V / W / Z /

Cliquer sur la définition pour activer les liens hypertextes



Arrêt Quemener


Jurisprudence* conduite par le Conseil d'Etat* le 16 février 2000 visant à corriger le prix de revient de parts d'une société de personnes* dotée de la translucidité fiscale* détenue par un ou plusieurs associés* assujettis aux bénéfices industriels et commerciaux* ou à l'impôt sur les sociétés* visant à éviter des phénomènes de double imposition ou de double déduction, lors de la cession des parts de ces sociétés. Le Conseil d'Etat a posé pour principe que le prix de revient doit être majoré d'une part, de la quote-part des bénéfices ayant été précédemment ajoutée au résultat imposé de l'associé ou des associés antérieurement à la cession et d'autre part, des pertes antérieures afférentes à des entreprises* exploitées par la société de personnes en France et ayant donné lieu de la part de l'associé ou des associés, à un versement en vue de les combler. Il est également minoré d'une part, des déficits* que l'associé ou les associés ont déduits, à l'exclusion de ceux qui trouvent leur origine dans des dispositions par lesquelles le législateur a entendu conférer au contribuable un avantage fiscal définitif et d'autre part, des bénéfices afférents à des entreprises exploitées en France par la société de personnes et ayant donné lieu à répartition au profit de l'associé ou des associés.

 

Voir nos actualités :

 

Précision de la jurisprudence Quemener en matière de détermination de la plus ou moins value de cession de parts de société de personnes


Accueil - Home      Mentions légales     Lexique     Plan du site     Contact