En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus >>


Fermer

Nous avertissons les internautes de ne jamais donner suite à toute sollicitation faite sous le sceau de l’étude, notamment impliquant des prêts ou emprunts de somme d’argent qui constituent des escroqueries. Cliquez-ici pour visualiser deux exemples de faux contrats de prêt qui comportent de nombreuses anomalies.


Fermer
francais

english


Le blog de l’étude

Cette rubrique est destinée à informer notre clientèle ou nos contacts, d'évolutions législatives ou jurisprudentielles significatives et de questions concrètes d'ordre professionnel, patrimonial ou personnel, qui peuvent être résolues grâce à l'intervention d'un notaire, afin de contribuer à une meilleure utilisation du droit et de la fiscalité, qui doivent être perçus comme des outils au service d'un objectif et non comme une source de contraintes ou d'économies à travers la fiscalité.

Publié le Mardi 22/03/2016
Retour

Le régime des sociétés mères-filles vise à éviter les doubles impositions en permettant à une société mère d'être exonérée d'IS sur les dividendes et assimilés reçus de ses filiales sous réserve d’une quote-part fixée forfaitairement à 5% des produits distribués. Pour en bénéficier, trois conditions sont requises :

- représenter au moins 5% du capital de la société émettrice ;

- être assorties, en principe de 5% droits de vote de la société émettrice ;

- avoir été conservées pendant un délai de deux ans.

 

L'article 36 de la loi de finances rectificative pour 2015 n°2015-1786 prévoit que le bénéfice de ce régime est ouvert aux sociétés détenues à 2,5% (au lieu de 5%) par des sociétés contrôlées par un ou plusieurs organismes à but non lucratif. L'article assouplit donc certaines conditions d'application du régime mère-fille.

 

Les trois conditions cumulatives pour bénéficier de ce régime sont les suivantes :

- la société mère doit être elle-même contrôlée par un ou plusieurs organismes à but non lucratif mentionnés à l'article 206, I du Code Général des Impôts (associations, fondations reconnues d'utilité  publique, fondations d'entreprise, fonds de dotation) ;

-  la société mère doit détenir 5% des droits de vote de la filiale (pareil que pour le droit commun)

- la société mère doit détenir les titres de participation de sa filiale depuis au moins 5 ans (au lieu de 2 ans)

 

Ce dispositif s'applique aux exercices clos à compter du 31 décembre 2015.

 

 

 

Voir notre actualité sur la modification du régime d'exonération des dividendes distribués à une sociétés mère européenne par la loi de finances rectificative pour 2015.

 

>>  Lire la suite

Commentaire (0)
Tags : Fiscalité de l'entreprise


Aucun commentaire


Votre pseudo/nom/prénom :
Votre site Internet :
Votre commentaire :
Captcha  Recharger
Recopiez le cryptogramme ci-dessus : 
* = Obligatoire

Retour
Accueil - Home      Mentions légales     Lexique     Plan du site     Contact