Nous avertissons les internautes de ne jamais donner suite à toute sollicitation faite sous le sceau de l’étude, notamment impliquant des prêts ou emprunts de somme d’argent qui constituent des escroqueries.

Cliquez-ici pour visualiser deux exemples de faux contrats de prêt qui comportent de nombreuses anomalies.

Imprimer
Imprimer

Le blog de l’étude

Cette rubrique est destinée à informer notre clientèle ou nos contacts, d'évolutions législatives ou jurisprudentielles significatives et de questions concrètes d'ordre professionnel, patrimonial ou personnel, qui peuvent être résolues grâce à l'intervention d'un notaire, afin de contribuer à une meilleure utilisation du droit et de la fiscalité, qui doivent être perçus comme des outils au service d'un objectif et non comme une source de contraintes ou d'économies à travers la fiscalité.

Rechercher

Divorce et séparation de corps transfrontaliers

Publie le Vendredi 25/02/2011 Retour

Le Conseil de l’Union Européenne a suivi la volonté de 14 Etats membres et adopté par le biais de la procédure de coopération renforcée, le Règlement UE n°1259/2010 du 20 décembre 2010, JO 29 déc. 2010, sur la loi applicable au divorce et à la séparation de corps. Ce règlement s’appliquera à partir du 21 juin 2012 à la Belgique, la Bulgarie, l’Allemagne, l’Espagne, la France, l’Italie, la Lettonie, le Luxembourg, la Hongrie, Malte, l’Autriche, le Portugal, la Roumanie et la Slovénie.

 

Ledit règlement vise à simplifier les procédures de divorce et de séparation de corps transfrontalières en donnant la possibilité aux époux de prévoir à tout moment dans une convention, qui peut être modifiée à tout moment, quelle sera la loi applicable. L’objectif du règlement est d’offrir une souplesse dans les procédures matrimoniales internationales afin de faciliter la liberté de circulation des personnes au sein de l’Union.

 

Le choix est offert entre les lois suivantes :

 

- la loi de l’Etat de résidence habituelle des époux au moment de la conclusion de la convention ;

 

- la loi de l’Etat de la dernière résidence habituelle des époux au moment de la conclusion de la convention(l’un des époux devra encore y résider) ;

 

- la loi de l’Etat de la nationalité de l’un des époux au moment de la conclusion de la convention ;

 

- la loi du for.

 

Afin de garantir la sécurité juridique, la convention devra être formulée par écrit, datée et signée par les deux parties.

 

 

A défaut de choix de loi, ledit règlement prévoit des rattachements objectifs dits "en cascade" :

 

- loi de l'Etat de la résidence habituelle des époux au moment de la saisine de la juridiction ;

 

- à défaut, loi de l'Etat de la dernière résidence habituelle des époux pour autant que cette résidence n'ait pas pris fin plus d'un an avant la saisine de la juridiction et que l'un des époux réside encore dans cet Etat au moment de la saisine de la juridiction ;

 

- à défaut, loi de l'Etat de la nationalité des deux époux au moment de la saisine de la juridiction ;

 

- à défaut, loi de l'Etat du for

Retour
Actualités - Divorce et séparation de corps transfrontaliers