Nous avertissons les internautes de ne jamais donner suite à toute sollicitation faite sous le sceau de l’étude, notamment impliquant des prêts ou emprunts de somme d’argent qui constituent des escroqueries.

Cliquez-ici pour visualiser deux exemples de faux contrats de prêt qui comportent de nombreuses anomalies.

Imprimer
Imprimer

Le blog de l’étude

Cette rubrique est destinée à informer notre clientèle ou nos contacts, d'évolutions législatives ou jurisprudentielles significatives et de questions concrètes d'ordre professionnel, patrimonial ou personnel, qui peuvent être résolues grâce à l'intervention d'un notaire, afin de contribuer à une meilleure utilisation du droit et de la fiscalité, qui doivent être perçus comme des outils au service d'un objectif et non comme une source de contraintes ou d'économies à travers la fiscalité.

Rechercher

Loi de finances rectificative du 16 août 2012 : relève de la taxe sur les transactions financières

Publie le Mercredi 26/09/2012 Retour

La première loi de finances rectificative pour 2012 du 14 mars 2012 n° 2012-354 (JO du 15 mars 2012, p. 4690) a créé une taxe sur les transactions financières s’élevant à 0,1 % du prix d’acquisition des actions d’une société cotée française dont la capitalisation boursière est de plus d’un milliard d’euros au 1er janvier de l’année d’imposition (article 235 ter ZD du CGI). Le redevable final de cette taxe est l’acquéreur des actions, mais le mode de prélèvement de la taxe repose sur l’établissement financier qui réalise la transaction, quelque soit sa situation.

 

La loi de finances rectificative du 16 août 2012 (loi n° 2012-958 : JO du 17 août 2012, p. 13479) relève ce taux à 0,2 % pour les transactions réalisées à compter du 1er août 2012. De plus, la capitalisation boursière des sociétés est appréciée un mois plus tôt, soit au 1er décembre de l’année qui précède la date d’imposition.

Retour
Actualités juridiques et fiscales - M° Bedaride notaire à Paris